Choisir une crème solaire responsable

23.06.22

Choisir une crème solaire responsable, qui saura protéger la peau de façon efficace sans nuire à l’environnement, n’est pas simple. Et pour cause, 20 minutes de baignade suffisent à déverser le quart de notre crème solaire dans les mers et les océans. Soit, à l’échelle mondiale, entre 16 et 20 mille tonnes de crème chaque année. Quand on connait la liste des ingrédients qui les composent, cela nous pousserait presque à passer notre vie à l'ombre ! Heureusement, il est possible de faire un choix éclairé. 

 

Conservateurs, huiles, épaississants, stabilisateurs, agents hydratants, filtres ultraviolets… La liste est longue et de nombreux composants pourraient attirer notre attention. Cependant, un en particulier serait à considérer avec la plus grande attention si vous souhaitez choisir votre crème solaire de façon responsable.

 

LES FILTRES UV ET LEUR IMPACT SUR LES OCÉANS

 

 

Les filtres UV ont un rôle primordial à jouer dans l’efficacité d’une crème solaire, puisque ce sont eux qui protègent notre peau des rayons du soleil. En effet, si le rayonnement ultraviolet ne représente que 5% du rayonnement solaire total, il est cependant suffisant pour casser les liaisons entre les atomes (de carbone, d’hydrogène ou d’oxygène notamment), provoquant mutations génétiques et mélanomes de la peau.

 

Il est donc important d’en préserver notre peau à chaque exposition. Pour cela, deux types de filtres UV existent :

  • Les filtres chimiques (ou organiques),
  • Les filtres minéraux.

 

Si chacun de ces filtres semble avoir un impact sur l’environnement, le premier serait davantage incriminé dans la pollution des océans.

 

  • Les filtres UV chimiques : des crèmes solaires à éviter

 

 

Une étude publiée en 2008* a démontré l’effet des filtres UV chimiques sur les écosystèmes marins. Composés de molécules de benzophénones ou d’aminobenzoates, ces filtres détruisent les coraux de deux façons.

 

D’une part, en s’attaquant à leurs muqueuses. Ce qui est problématique quand on sait que les coraux absorbent en moyenne 4 000 à 6 000 tonnes de crème solaire par an !

 

D’autre part en provoquant la propagation d’un virus tuant les zooxanthelles, des microalgues nécessaires à la survie des coraux. Quand cette algue disparait, le corail blanchit, puis dépérit.

 

Mais l’effet des filtres chimiques ne s’arrête pas là. En plus de mettre à mal notre environnement, ces molécules chimiques pénètrent dans l’épiderme, provoquant un risque accru d’allergies. Mieux vaut donc les tenir à distance de vos armoires et vos cabas !

 

 

  • Les filtres UV minéraux : avantages et inconvénients

 

Composés de molécules d’oxyde de zinc ou de dioxyde de titane, ces filtres s’interposent totalement entre notre peau et les rayons du soleil. Ils n’attaquent pas les coraux et ne pénètrent pas dans la peau. Ils sont donc souvent utilisés dans les crèmes pour enfants ou peaux sensibles, et ont une tenue plus longue que les crèmes avec filtres chimiques.

 

Cependant, s’ils sont davantage recommandés que les filtres chimiques, leur impact sur l’environnement ne serait pas neutre non plus. Le dioxyde de titane bloquerait la croissance des phytoplanctons et limiterait les échanges entre l’eau et l’air en flottant à la surface des océans.

 

PRIVILÉGIER LES CRÈMES SOLAIRES MINÉRALES BIO, SANS NANOPARTICULE

 

 

Aujourd’hui, il serait donc tout de même conseillé de se tourner vers les crèmes solaires aux filtres UV minéraux, et de les choisir Bio et sans nanoparticule. Ces dernières ont des effets sur la santé qui échappent au contrôle des scientifiques, et seraient donc à éviter au maximum. Pour cela, vérifiez sur la liste des ingrédients présentés sur le packaging qu'aucune mention "nano" ne figure :

 

 

Si la texture de ces crèmes est un peu moins facile à étaler, et peut parfois laisser quelques traces blanches, elles présenteraient cependant de nombreux avantages qui compenseraient facilement ces désagréments.

 

En effet, elles seraient :

  • Plus résistantes à l’eau que les crèmes utilisant davantage de produits chimiques,
  • Elles contiendraient moins de perturbateurs endocriniens et de mutagènes.

 

De quoi offrir une protection un peu plus saine à votre peau, comme à la planète !

 

Enfin, regardez aussi avec attention les packagings qui accompagnent votre crème solaire, et choisissez de préférence ceux utilisant le moins de plastique possible, et le plus de matériaux biodégradables.

 

 

En attendant, nous avons de quoi vous aider à protéger votre peau au naturel ! Rendez-vous par ici !

 

 

 

 

*D’après une étude menée pour le magazine Environmental Health Perspective